Lola lit L’autre qu’on adorait ♥♥♥

lautrequonadoraitLe nouveau roman de Catherine Cusset s’ouvre sur le suicide de Thomas, 39 ans, un 21 avril 2008 en Virginie, aux Etats-Unis. Thomas dont Catherine, la narratrice nous dresse un portrait sans pitié mais avec amour. Elle qui fut sa maîtresse dans les années 80, quand ils étudiaient la littérature à Paris, puis qui, comme lui, est partie aux Etats-Unis où ils se sont retrouvés et sont devenus amis, proches et parfois brutaux, comme peuvent l’être les amis. Elle a accompagné sa chute, de près ou de loin selon les époques, toujours là, accessible. Comment un homme comme Thomas, beau, brillant, passionné par la littérature et le cinéma qu’il enseignait dans les universités américaines, entouré d’amis, d’étudiants, de sa famille, peut-il enchaîner les échecs ? Il voulait vivre, s’amuser, profiter de ses amis, aimer, car Thomas était un amoureux fou, mais ses amours n’ont jamais duré, comme ses contrats de travail. De femme en femme, de poste en poste, Thomas s’est fatigué, il s’est perdu, et ni ses amis, ni sa famille n’ont suffi, il a perdu foi en la vie qu’il a préféré quitter.

En écrivant ces lignes, j’ai la chair de poule tant j’ai aimé ce livre. L’écriture de Catherine Cusset est magnifique ; précise, travaillée, les mots s’enchaînent, choisis, justes, comme dans Indigo, Un brillant avenir, et La haine de la famille, que j’avais aussi adorés. Et ce titre, L’autre qu’on adorait, choisi dans la si bouleversante chanson de Ferré, qui m’a accompagnée tout au long de ces 290 pages. Thomas, l’autre que j’ai adoré moi aussi et dont j’ai pleuré la mort. Un de ces livres que je suis heureuse d’avoir lu, la rencontre d’un personnage qui m’a marqué, et un merveilleux moment de lecture.

Merci aux Editions Gallimard et à Babelio


L’autre qu’on adorait / Catherine Cusset – Editions Gallimard 2016 – 290p

2 comments

Répondre à Edyta Annuler la réponse