Rentrée Littéraire de janvier 2022

La Rentrée Littéraire de janvier, c’est la magie de Noël qui continue, en mieux ! Dès que les premiers potins apparaissent, je me régale. Qui va sortir quoi ? Quand ? Chez qui ? Je note, je fais des listes, je mets des flèches, des points d’exclamations, des couleurs, je trie, je range… un vrai boulot ! Je m’emballe, je m’excite, je vis ! J’adore ça ♥

545 romans annoncés – 385 fictions françaises dont 61 premiers romans – 160 romans traduits 

Alors cette année encore, je piaffe… Et ce n’est pas fini, la liste va s’allonger encore et encore…

(clic sur les couv)

❤️❤️❤️

   Une déchirure dans le ciel par Cummins   

 

❤️❤️

   

Seyvoz par Sorman Les bruits du souvenir par Astrabie  

❤️

Connemara par Mathieu

 

 

Pas encore lus mais ça ne saurait tarder 😉

Grand menteur : Trois monologues par Gaudé      Que faire de la beauté ? par Bordes  Abandonner un chat : Souvenirs de mon père par Murakami Le dernier mouvement par Seethaler Le lac de nulle part par Fromm A beau mentir qui vient de loin par Garde Les enchanteurs par Geneviève Brisac Azincourt par temps de pluie par Teulé  Le Grand Monde par Lemaitre Monument national par Deck Nom par Debré Presque le silence par Estève Routes secondaires par Michaud L'autre moitié du monde par Roux Porca miseria par Benacquista Les neuf vies de Rose Napolitano par Freitas La Bibliothèque de Minuit par Haig Les ailes collées par Baere  Scarlett par Lorrain Et recoudre le soleil par Josse

Lola lit Villa Royale ♥♥

Charles, Palma et Victor sont frères et sœur. Il y a cinq ans, suite au décès de leur papa, ils ont quitté leur pavillon de banlieue. Depuis, leur mère les trimballe sur les routes de France. C’est Palma qui nous raconte les déménagements, les difficultés à s’adapter, les départs au petit matin, le mystère des destinations, mais surtout le petit monde qu’ils se sont construits tous les quatre, prisonniers de leurs souvenirs d’enfance, et les liens indéfectibles qui unissent cette fratrie. Et surtout la question lancinante qui accompagne le début de cette lecture, que fuient-ils ?

J’ai adoré suivre Palma, Charles, Victor sur les routes, brinqueballée sur la banquette arrière de la voiture. Un roman qui a un goût particulier pour moi ; je me suis reconnue en Palma, seule fille, un grand frère et un petit frère aussi, des déménagements très fréquents, pas d’amis d’enfance, pas de maisons d’enfance mais des souvenirs à la pelle avec mes frères mes meilleurs copains, mes frères mes meilleurs ennemis, mes frères pour toujours, même si j’ai souvent eu envie de les tuer. J’ai partagé la mélancolie de l’enfance et le bonheur de n’être jamais seule. Un coup de cœur ♥


Villa royale / Emmanuelle Fournier Lorentz – Editions Gallimard – janvier 2022 – 272p

Lola lit C’est pour mieux te manger

Minjue, étudiante à Séoul, retourne dans on village natal pour s’occuper de sa grand-mère. Mais un jour de visite de son frère Minho, un incendie se déclare derrière la montagne et détruit la maison. Seule Minjue en réchappe, sa grand-mère et son frère périssent dans l’incendie, elle est conduite à l’hôpital, en état de choc. Jisuk, une camarade de classe, rend visite à Minjue qui lui demande dans un souffle où est son chien. Jisuk décide de se rendre sur place, dans le village où les rumeurs vont bon train.

Mais qui est réellement Minjue ? Aurait-elle été capable d’empêcher son frère et sa grand-mère de sortir de la maison en feu ? Et la mort de ses parents est-elle vraiment accidentelle ? Quel est le rôle de Hyun-Mi, la colocataire de Minjue ?

Autant de mystères avec lesquels la jeune auteure dont c’est le premier roman, s’amuse et nous embrouille. Et c’est gagné puisque c’est à s’y perdre ! Un roman déroutant et fascinant. A lire si on aime les labyrinthes 😉


C’est pour mieux te manger / Kim Ji Yeon – Editions Matin Calme – janvier 2022 – 231p

traduit du coréen par E.J.Lee et Anne Berthellemy

Lola lit Femmes Puissantes TI

En 2019, alors que son compagnon Raphaël Glucksmann est candidat aux élections européennes, Léa Salamé décide de quitter, le temps de la campagne, son émission à la radio. Laurence Bloch alors directrice de France Inter lui propose de réaliser une série d’entretiens. Cet été-là, tous les samedis à 12heures, sont diffusés les portraits de 12 femmes. Qu’elles soient dans l’ombre ou la lumière (politicienne, rabbine, écrivaine, actrice, chirurgienne, sportive, femme d’affaire…), ce sont des femmes fortes, influentes et accomplies ! Mais qui ont du mal à se dire « puissante ». Les entretiens ont été retranscrits avec soin et sont sortis en septembre 2020 sous le titre « Femmes puissantes » dans lequel Léa Salamé se livre un peu.

Les entretiens sont tous très intéressants ! On peut être d’accord ou pas d’accord avec ce qu’elles disent mais on ne peut qu’être touché par les batailles menées, le courage qu’il faut pour se faire une place dans notre monde d’homme qui peine tellement à changer.

Une deuxième saison est sortie en novembre 2021, où 11 nouvelles femmes puissantes répondent en toute honnêteté à la journaliste. A lire vite fait !


Femmes puissantes / Léa Salamé – Editions Les Arènes – septembre 2020 – 294p

Lola lit L’affaire Alaska Sanders

Avril 1999 – Alaska Sanders est une jeune fille assassinée alors qu’elle sortait de son travail à la station essence et qu’elle se rendait à un dîner en amoureux. Après une courte enquête, la police obtient des aveux du petit ami assassin et de son complice.  Mais quelques années plus tard, l’inspecteur Perry Gahalowood, en charge de l’affaire à l’époque, reçoit une lettre anonyme qui le conduit à son confrère Kazinsky qui lui livre un secret de nature à rouvrir l’affaire Alaska Sanders.

On se souvient que Perry Gahalowood avait travaillé sur l’affaire Harry Québert avec Marcus Goldman. Alors c’est tout naturellement qu’on les retrouve tous les deux sur les traces de l’assassin.

Une histoire haletante ! Un roman comme un puzzle de 10000 pièces. Une intrigue super solide, un Joël Dicker qui nous trimballe, pour notre plus grand plaisir, sur plusieurs pistes en même temps. On retrouve Harry Québert bien sûr et les cousins de Baltimore. Je me suis régalée et j’ai pas beaucoup dormi 😀


L’affaire Alaska Sanders / Joël Dicker – Editions Rosie & Wolfe – mars 2022 – 512p

Lola lit une chambre en exil

Un jeune réfugié nous emmène dans ses déambulations dans son quartier de Bobigny où il a posé son sac dans une petite chambre, un endroit à lui où il est enfin en sécurité. Au fil de ses sorties, il nous livre ses impressions, ses souvenirs. Il croise Fouad, le cafetier tunisien qui rêve de rentrer au pays et son plus vieux client alcoolo, l’Imam radical qui essaie de le convaincre de le rejoindre, Saïd un jeune dealer bourré de contradictions et surtout Violette, sa voisine d’en face, dont il est amoureux et qu’il espionne depuis sa petite fenêtre.

Un récit intimiste et réaliste. Une jolie plume pour décrire un quotidien fragile et une personnalité sensible. Un petit roman qui se lit rapidement et ouvre une fenêtre sur un fait toujours tristement d’actualité.


Une chambre en exil / Omar Youssef Souleimane – Flammarion – mars 2022 – 224 p 

Lola lit Détox 1 et 2

C’est lorsque sa secrétaire très très dévouée s’écroule dans son bureau victime d’une crise cardiaque que Matthias d’Ogremont, [marié, deux enfants, une femme, zéro divorce […] DG à la tête d’une société d’acquisition d’entreprises en cessation] son patron et amant, décide de prendre la poudre d’escampette. Son coup de tête le conduit aux portes d’un stage intitulé Libère l’esclave en toi, tout un programme pour cet homme égoïste, hyper connecté, qui vit à 100 à l’heure, pour son travail, délaissant sa femme et ses deux enfants.
Seul et isolé, dormant à même le sol dans une tente en plein champ, loin de tout confort et nourri uniquement d’un breuvage au goût ignoble, Matthias s’énerve, crie, hurle, veut partir immédiatement. Mais il est condamné à attendre la fin de la semaine, alors après la rage la résignation.

Très chouette BD ! Les dessins sont agréables et le sujet, très tendance, est traité avec humour  💚


Détox + Détox livre 2 / Jim et Antonin Gallo – Editions Bamboo – 2019 + 2020 – 80 p + 88p

Lola lit Couleurs de l’adieu

Dans ce recueil de neuf nouvelles, l’auteur nous entraîne sur les chemins de la mémoire et des souvenirs. Dès la première histoire, nous sommes submergés par la mélancolie, le gris de la vie, celle qui n’oublie pas, ne lâche jamais. Les histoires se suivent et se ressemblent ; un espace s’ouvre et un souvenir s’engouffre, avec ses secrets, la colère ou l’indifférence et les regrets. Et la mort, presque toujours, pour clore enfin le chapitre de la douleur. Un livre triste comme un dimanche pluvieux, une plume délicate et peu expressive, et beaucoup d’émotions.

Je suis particulièrement sensible à la plume de Bernard Schlink. Calme, sereine, flegmatique, elle accompagne le lecteur sur un chemin sans obstacles (aucun mot sur lequel buter, aucune construction incongrue, ni ponctuation agressive) et laisse ainsi la place à toutes les émotions, même les plus enfouies que ses histoires suscitent. Il est alors facile de se concentrer sur la profondeur des sentiments exprimés (ou non) par les personnages. L’écriture de Bernard Schlink est réconfortante, il n’y a pas de bataille à mener pour se glisser dans ses romans. J’ai beaucoup aimé, pour les mêmes raisons, Le liseur et Olga.


Couleurs de l’adieu / Bernard Schlink – Editions Gallimard – février 2022 – 256p

Traduit de l’allemand par Bernard Lortholary

Lola lit Seyvoz

Bienvenue à Seyvoz, une commune fictive nichée dans la montagne. Seyvoz et son barrage installé dans les années 50, Seyvoz et son village englouti sous le lac – 4 jours, 4 chapitres – Tomi vient travailler sur le barrage, il doit contrôler les installations. Mais en arrivant à Seyvoz, entre-t-il dans une quatrième dimension ? Les voix qu’il entend, les personnes qu’il croise viennent-elles du présent ou du passé ? Sont-elles seulement réelles ? 

Un roman écrit à quatre mains ; Maylis de Kerangal dont je connais très bien les livres et Joy Sorman que je n’ai jamais lue. J’ai écouté plusieurs émissions de radios où elles étaient invitées à expliquer comment elle avaient écrit ce livre ensemble. C’était très intéressant, j’ai d’ailleurs essayé de retrouver quels passages étaient écrits par l’une ou l’autre. Finalement, j’ai oublié de m’y intéressée car j’ai été fasciné par le fond et plus par la forme.

Un roman, librement inspiré de l’histoire du barrage de Tignes, est très bien documenté, Maylis de Kérangal excelle dans les descriptions techniques, j’ai retrouvé son écriture très sensorielle. Je me suis passionnée pour la période passée et la construction du barrage. Un très court roman elliptique, qui m’a intriguée et touchée. Un excellent moment de lecture pour qui n’a pas besoin de réponses à ses questions concrètes 😉


Seyvoz / Maylis de Kerangal et Joy Sorman – Editions Inculte – février 2022 – 112 pages

Lola lit Les maisons vides ♥♥♥

L’auteure convoque plusieurs époques pour nous raconter Gabrielle ; son enfance et son adolescence, interrompues parfois par l’intervention déroutante de deux clowns qui visitent les malades à l’hôpital. Gabrielle a poussé sous l’attention inquiète de ses parents, née prématurément, elle a dû batailler pour survivre, et soumet son corps à une discipline intransigeante. Gymnaste accomplie, élève brillante, Gabrielle multiplie les exploits. Pourtant, ces réussites étouffent des douleurs, des non-dits, Gabrielle cache un lourd secret, tapi dans ses bronches fragiles dont s’échappent parfois des araignées velues dont elle se libèrera à la toute fin du roman. Mais qui est donc le narrateur qui parle de Gabrielle avec tellement de tendresse ?

Intrigant, le roman est parfaitement construit et l’écriture délicate. Gabrielle est une jeune fille attachante, dont j’ai aimé la force et la sensibilité, la maturité et la fragilité. Un joli coup de cœur ♥♥♥


Les maisons vides / Laurine Thizy – Editions de l’Olivier – janvier 2022 – 272p

Lola découvre Le grand livre des collages extraordinaires ♥♥♥

Dans ce super ouvrage, Maria Rivans, artiste plasticienne britannique, nous invite à plonger dans son univers onirique qui associe images vintage et références cinématographiques. Les vingt premières pages sont consacrées aux inspirations de l’artiste, on y trouve une liste de matériaux et fournitures, quelques techniques pour composer un collage et des exemples de collages réalisés par l’artiste avec les images proposées dans le catalogue de plus de 1500 images à découper, toutes plus incroyables les unes que les autres : une planche d’insectes, une de super héros, de feuilles, de moyens de transport, de singes, de champignons, d’objets domestiques vintage, de statues, pierres précieuses… et puis des portraits en noir et blanc d’actrices célèbres dont Audrey Hepburn et Marilyn Monroe, côtoient un gros matou gris assis et un crâne humain. Il y a vraiment de quoi s’éclater !

J’ai hâte de me lancer mais j’hésite à donner le premier coup de ciseaux de peur de tout gâcher. Alors j’y pense, je réfléchis, j’imagine, je me monte des petits projets, je me régale tout en imagination. Mais bientôt, quand je serai prête, je laisserai s’exprimer ma créativité et je vais kiffer.

Une super idée de cadeau. Moi, j’ai déjà en tête deux trois personnes à qui en offrir un exemplaire ! ♥

Merci à Clémence des Editions Albin Michel 


Le grand livre des collages extraordinaires / Maria Rivans – Editions Albin Michel 2021 – 208 p

Traduit de l’anglais par Isabelle Luc