Lola lit Cache-cache partie

Cache-cache partie par LatteuxUne partie de cache-cache, et Pépin le petit lapin compte jusqu’à 10 pendant que ses petits copains filent se cacher dans la forêt. Lorsque Garou le loup sort d’un trou et s’invite dans la partie.

Une couverture souple, du papier de qualité, le trait est naïf mais expressif, 2 couleurs seulement du noir et du rouge sur un fond blanc. Le texte, sur les pages de gauche, est écrit en rimes comme une poésie, les majuscules et les points sont rouges, délimitant chaque phrase. A droite, les illustrations organisées en vignettes ou en pleine page, apporte de la modernité et du dynamisme.
Le trait est enfantin mais expressif. Les arbres ressemblent à des pommes d’amour, les lapereaux sont craquants et le loup à un petit air bien malicieux.

Quel charmant petit livre ! Porté par une maison spécialisée en lecture confortable, dont « l’ambition est d’aplanir les difficultés de lecture pour que les livres soient toujours synonymes de plaisir, d’émerveillement et d’épanouissement. »
Objectif atteint !

Lola lit La petite dernière

Voici l’adaptation BD du livre jeunesse de Susie Morgenstern où elle raconte sa vie de petite dernière d’une fratrie de 3 soeurs. La famille est installée à Newark aux États-Unis. Dans les années 50 Susie a une dizaine d’années et peine à trouver sa place entre la jolie Sandra et la rigolote Elfie. Ça se chamaille, ça crie, ça piaille, comme dans toutes les familles et la vie s’écoule tranquillement rythmée par les fêtes juives. Mais bientôt, les choses changent, des cousins s’installent chez eux, européens ils ont fui l’horreur. A l’école, Walter n’est pas gentil, il l’insulte, la traitant de Sale juive ! Susie a peur, elle ne veut plus aller à l’école. Pourquoi toute cette haine ? Susie ne comprend pas et cherche des réponses dans les livres qu’elle emprunte à la bibliothèque.

Une BD pleine de poésie, de naïveté et de mélancolie aussi. Les enfants vont partager la vie de cette petite fille aimée par sa famille qui rencontre des difficultés et doit y faire face.

Lola lit Trio de William Boyd

Brighton été 1968 sur le tournage de L’épatante Echelle pour la lune d’Emily Bracegirdle, le dernier film de Reggie Tipton.

Le trio tourmenté de William Boyd est composé de Talbot Kydd producteur comme papa mais sans panache, qui refoule son homosexualité auprès de sa femme et de ses enfants ; Elfrida Wing, l’épouse tant de fois trompée du réalisateur, écrivaine qui noie ses 10 dernières années de pages blanches dans l’alcool et enfin Anne Viklund une jeune première délicieuse et populaire qui tente d’échapper à son ex-mari terroriste fraîchement sorti de prison.

Les personnages en traînent de la souffrance, de la déprime, du mal de vivre, de la misère morale et pourtant vous allez vous amuser grâce à la plume pleine de l’humour pince sans rire et sophistiqué, de cet auteur so british !

Un roman que j’ai eu énormément de plaisir à lire !


Trio / William Boyd – Editions du Seuil – mai 2021 – 496p

Traduit de l’anglais (Grande-Bretagne) par Isabelle Perrin

 

Lola lit Kérozène ❤❤❤

Kérozène par DieudonnéLes stations service sur l’autoroute m’ont toujours fascinée. Elles exercent un fort pouvoir d’attirance et de rejet sur moi. Elles font partie du voyage mais concentre tellement de trucs un peu glauques, à commencer par la lumière des néons qui nous fait des têtes de revenants. En tout cas, à chaque départ en vacances, arrêt obligatoire et après, j’invente une vie à certaines personnes que j’ai croisées. Mais je ne suis jamais allée aussi loin qu’Adeline Dieudonné. Pourtant j’aurais dû me douter que ce nouveau roman, après La vraie vie, me secouerait.

« 23h13. Une station service le long de l’autoroute, une nuit d’été. Si on compte le cheval, mais qu’on exclut le cadavre, quatorze personnes sont présentes à cette heure précise. » On sait dès les premières lignes qu’il va se passer quelque chose de grave, à cause de ce cri poussé dans la nuit « Madame ! » L’auteure nous amène à ce point de convergence grâce à 14 chapitres, un par personnage, écrits comme des nouvelles.

C’est terriblement jouissif ! Grinçant, tordant, piquant, absurde et la plume est belle, un excellent roman ❤❤❤ Adeline, visage d’ange encadré de longs cheveux blonds écoute du Hard Metal quand elle écrit. Qui cela étonne ? 😉


Kérozène / Adeline Dieudonné – Editions L’Iconoclaste – avril 2021 – 257p

 

Lola lit American Dirt ❤❤❤

American Dirt par CumminsPrès de 400 pages lues en apnée ! J’ai oublié de respirer, agrippée à mon livre, n’osant plus bouger, dans un état d’urgence. Stress, panique, frayeur, désespoir m’ont accompagnée tout au long de cette lecture. Impossible de lâcher, il fallait que je lise vite parce que c’était tellement douloureux !

Le thème de l’immigration me touche. Grâce à mon métier d’enseignante,  j’ai rencontré des femmes et des hommes, des enfants, des ados, des familles entières, arrivant d’Afghanistan, d’Inde, du Rwanda, de Chine, et plus récemment de Syrie, fuyant la guerre, les tortures, les menaces, la mort, le viol, l’abominable, l’atroce, à pieds, en bus, en bateau de fortune.  Ils m’ont raconté leurs traversées, leurs histoires, insoutenables. Je les ai écoutés, j’ai beaucoup pleuré et ils m’ont consolée.

Alors l’histoire de Lydia n’est pas une fiction, même si les personnages ne sont pas réels, ils existent vraiment. J’ai rencontré des Lydia, des Luca, des Rebecca et des Soledad, et j’ai eu la chance de ne jamais croiser leurs bourreaux.

Lydia, libraire, épouse d’un journaliste reconnu pour son travail, doit fuir Acapulco après le massacre de 16 membres de sa famille par un cartel mexicain. Juste le temps de remplir un sac à dos, elle s’accroche à Luca, son fils de 8 ans et ils prennent la route, la route vers vers El Norte, pourchassés par la mort, qui sera forcément atroce. Lydia et Luca vont faire des rencontres effroyables le long de ce chemin terrible mais ils vont aussi trouver l’entraide et une nouvelle famille. Brrrrr j’en ai encore des frissons !


American Dirt / Jeanine Cummins – Editions Philippe Rey – août 2020 – 396p

 

Lola lit Florida

Florida par BourdeautQuel roman dérangeant ! Décidément, cet auteur ne me laisse pas indifférente. J’avais vraiment adoré la poésie de En attendant Bojangles, aimé l’ambiance de Pactum Salis. Mais Florida m’a mise mal à l’aise. C’est l’histoire du corps d’Elizabeth, un corps exposé, contrôlé, malmené, dès son plus jeune âge, alors qu’il est propulsé sur les podiums de mini-miss. La maman y croit, s’accroche malgré les échecs, maquille, déguise et pousse Elizabeth jusqu’à l’écœurement. Elizabeth qui va, pour se venger, transformer agressivement son corps jusqu’à l’extrême. Elizabeth ne m’a pas touchée, je n’ai pas éprouvé d’empathie. L’histoire m’a perturbée. Je suis allée jusqu’au bout mais sans plaisir. Après tant de douleur et de désespoir, j’ai même espéré une fin heureuse, à l’américaine.

Mais où est donc passée la poésie de Bojangles ?


Florida / Olivier Bourdeaut – Editions Finitude – mars 2021 – 256p

Lola lit certains cœurs lâchent pour trois fois rien

parisHuit dépressions en trente ans de vie nous annonce Gilles Paris dans les premières pages de son récit. Des dépressions dures, fortes, profondes, bouleversantes. Des séjours en hôpital psychiatrique, des tentatives de suicide, les traitements, les guérisons, les chutes et rechutes, ses addictions, sexe et drogue, l’auteur de nous épargne rien de ses descentes dans le monde fragile et béant de la mélancolie. Parfois on sent qu’il aimerait s’y lover, flotter, ne plus rien sentir, et puis il en sort, toujours, bien sûr.

Un récit très émouvant, un long tunnel avec au bout, la lumière, la renaissance. Parce que tout n’est pas si sombre, il y a l’écriture, ses romans ses enfants, ses personnages et puis Laurent. Laurent qui aime, qui soutient, qui chante, fait la cuisine et l’andouille. Le livre se termine sur cinq pages pleines de tout ce que Gilles Paris aime ! Et ça en fait des trucs, du short de Steeve MacQuenn au sourire de Robin Williams, en passant par les cannelés, les romans de Monica Sabolo, les carottes râpées et le soleil, la simplicité et la gentillesse, Gene Kelly et Fred Astaire, la purée maison, manger avec des baguettes, l’odeur de l’herbe coupée, danser sur September, prendre le train… Toutes ces choses que j’aime tellement moi aussi

Pourtant tout ça n’a pas réussi à me remonter le moral, je suis restée triste. Je croise les doigts pour vous monsieur Paris, de tout mon cœur


This entry was posted in Livres.

Lola lit Bénie soit Sixtine ♥

Sixtine est une jeune femme pieuse qui, comme ses parents, appartient à la communauté catholique Les frères et les sœurs de la Croix. Elle rencontre son futur époux au mariage d’amis communs, ils partagent les mêmes valeurs, marchent sur le même chemin et sont issus de la même bourgeoisie ; Pierre Louis Sue de la Garde sera un mari parfait. Après une cérémonie catholique dans la plus pure tradition, Sixtine se glisse dans son costume de parfaite femme, soumise, à son mari, à son enfant et à sa communauté. Mais le rêve d’une vie de famille idéale tourne au cauchemar et Sixtine est perdue ! Qui est Pierre-Louis Sue de la Garde, un martyr ou un tueur ? Vers qui se tourner pour comprendre ? Pour être entendue ? Qui va l’aider ?

C’est une France catholique, royale et extrémiste, qui livre combat contre le mariage homosexuel, contre l’immigration, contre la dépravation de la France et pour la protection des valeurs morales. Des bourgeois qui se prennent pour des chrétiens, pourtant on est très loin de la bonté, de la bienveillance et de la miséricorde qui devraient aller de pair avec l’amour de Dieu et de son prochain. Oui, je sais, je suis naïve !

Bon bien sûr on n’évite pas certains clichés et les personnages sont poussés jusqu’à la caricature mais c’est nécessaire, je crois, pour qu’on suive Sixtine. J’ai beaucoup aimé ♥


Bénie soit Sixtine / Maylis Adhémar – Editions Julliard – août 2020 – 304 p

Lola lit Affamée

De nos jours, Edie est une jeune afro-Américaine libérée qui entame une relation avec Eric rencontré sur internet, un homme blanc, plus âgé qu’elle, marié et père de famille. Edie, la vingtaine, ne cherche évidemment pas à se caser, surtout avec ce genre de type, elle cherche juste à multiplier les expériences, sexuelles surtout. Mais contre toute attente, cette relation est différente pour elle, elle a envie d’être avec lui, elle s’attache, Edie tombe un peu amoureuse (enfin ça c’est moi qui le dis parce que Edie ne dirait jamais une chose pareille). La femme d’Eric est au courant, ils forment un couple « libre », et c’est elle qui organise leurs rencontres, imposant une fréquence, un jour, un horaire. Lui docile suit, obtempère, Edie s’échauffe.

Et puis un jour, elle rencontre Rebecca l’épouse dont l’attitude est pour le moins ambiguë, entre bonne copine et rivale. Edie vient de perdre son boulot et son appart, elle s’installe chez son amant sur la demande de Rebecca.

C’est un livre particulier que j’ai finalement aimé. Finalement car au début, j’ai vraiment eu du mal à m’intéresser à Edie, cette jeune fille délurée, qui me paraissant indifférente, insensible aux émotions. Et puis, j’ai commencé à l’écouter, à essayer de la comprendre et puis je l’ai bien aimée. Ce n’est pas une lecture facile, le propos n’est pourtant pas compliqué et l’écriture fluide mais la personnalité et la place des personnages dans l’histoire et plus globalement dans la société américaine donnent à réfléchir !


Affamée / Raven Leilani – Editions du Cherche Midi – février 2021 – 314p

Titre original Luster (2020) traduit par Nathalie Bru

Lola lit Le bonheur est au fond du couloir à gauche

Le bonheur est au fond du couloir à gauche est le titre d’un bouquin de développement personnel qui était parmi plein d’autres du même genre, dans le carton que Bérénice a laissé à Michel quand elle l’a quitté. Lui qui n’a pas bien compris mais qui de toute façon ne comprend pas grand chose ou bien tout à l’envers, est persuadé que cette caisse contient un message. Il va donc décortiquer chacune des promesses de ces livres, et essayer de trouver le bonheur en quelques heures, puisqu’un gourou lui a promis le retour de sa belle dès la fin de l’après-midi.

Un roman complètement délirant ! Michel H., dépressif et sous médocs depuis ses 8 ans, le « contre-héros » complètement zinzin, remplit sa vie de statistiques justes mais de démonstrations ubuesques. Vite lu, j’ai appris quelques trucs intéressants et parfois rigolé. A lire, pour changer !


Le bonheur est au fond du couloir à gauche / J.M. Erre – Editions Buchet-Chastel – janvier 2021 – 192p