Rentrée Littéraire de janvier 2022

La Rentrée Littéraire de janvier, c’est la magie de Noël qui continue, en mieux ! Dès que les premiers potins apparaissent, je me régale. Qui va sortir quoi ? Quand ? Chez qui ? Je note, je fais des listes, je mets des flèches, des points d’exclamations, des couleurs, je trie, je range… un vrai boulot ! Je m’emballe, je m’excite, je vis ! J’adore ça ♥

545 romans annoncés – 385 fictions françaises dont 61 premiers romans – 160 romans traduits 

Alors cette année encore, je piaffe… Et ce n’est pas fini, la liste va s’allonger encore et encore…

(clic sur les couv)

❤️❤️❤️

 

❤️❤️

 

❤️

 

 

Pas encore lus mais ça ne saurait tarder 😉

     

 

Lola lit Voyage au bout de l’enfance ♥♥♥

C’est après avoir regardé La grande librairie où était invité Rachid Benzine que j’ai eu envie de lire son roman. Je me le suis procuré dès le lendemain et je l’ai lu en une heure. Mais je ne l’oublierai sans doute jamais. Il est de ces romans qui vous transpercent le cœur, vous essoufflent, vous abattent. Quelques pages poignantes, sans mélo, qui marquent profondément et durablement. Des livres comme des bombes, qu’on manipule avec soin parce que ce qu’ils renferment est si puissant et l’émotion qu’ils procurent si rare. Fabien a 7ans, il est heureux, il vit à Sarcelles et fréquente l’école Jacques Prévert. C’est un élève studieux qui adore la poésie et fait la fierté de son maître. Mais un matin, ses parents lui annoncent qu’il ne retournera jamais dans son école, ils ont décidé de rejoindre leur paradis, la Syrie de Daesh. Fabien aurait préféré rester à Sarcelles, avec ses copains et ses grands-parents mais il doit suivre ses parents qui irradient de bonheur. La suite, on peut l’imaginer quand on a suivi les infos ; très vite, le paradis se transforme en enfer. C’est un cauchemar, un triste voyage tout au bout de l’enfance que nous conte Rachid Benzine.


Voyage au bout de l’enfance / Rachid Benzine – Editions du Seuil – janvier 2022 – 84p

Lola lit Numéro deux

En 1997 sortait le premier roman de la saga Harry Potter. Le succès fut fulgurant et planétaire. En 2001, Chris Columbus adaptait ce premier opus au cinéma. Imaginez l’importance du casting pour trouver Harry Potter ! Le petit sorcier à lunettes, héros de JK Rowling rencontrait un tel succès qu’il fallait que l’acteur soit à la hauteur des exigences de tout le petit monde concerné par ce pharaonique projet cinématographique. Aux portes de la célébrité, il n’en resta que deux : Daniel Radcliff et Martin Hill. La terre entière connait le résultat, Daniel Radcliff ne peut plus faire un pas sans que les tabloïds préviennent l’humanité. Mais qu’est devenu Martin Hill, le numéro deux ? C’est son histoire qu’a choisi de raconter Foenkinos dans ce roman où il a su mêler réalité et fiction.

Un bon roman, sans surprise, à lire pour rendre hommage à tous les numéros 2 !


Numéro deux / David Foenkinos – Editions Gallimard – janvier 2022 – 240p

Lola lit Paris-Briançon ♥♥♥

J’aime Philippe Besson et j’aime les trains alors quand j’apprends que l’auteur a situé son dernier roman dans un intercités de nuit, je me réjouis d’avance et je piaffe ! Je le lis en quelques heures et le referme en pleurant, j’aimais tellement Victor, j’étais tellement heureuse pour lui. Je repose mon livre et m’interroge sur la fragilité de nos vies, la magie des rencontres, la puissance du verbe et l’importance de l’instant. Et soudain, la moutarde me monte au nez et  j’ai envie de crier : Aimons-nous bordel ! Arrêtons d’emmerder le monde ! Faisons preuve de gentillesse, de bienveillance, d’empathie, de tout ce qui peut nous aider à vivre plus heureux les uns avec les autres !

Monsieur Besson je vous aime, j’aime vos personnages qui me cueillent à chaque fois, qui me mettent les poils, j’aime le soin que vous apportez aux personnages et à leurs rencontres. J’aime que vos histoires soient simples, ordinaires et pourtant si profondément belles et touchantes. Encore une fois, merci  ♥


Paris-Briançon / Philippe Besson – Editions Julliard – août 2022 – 208p

Lola lit Le guerrier de porcelaine

En juin 44, Mainou qui vient de perdre sa maman en couches, doit quitter Montpellier. Son père, résistant, le confie à sa famille en zone occupée. Mainou va vivre la fin de la guerre caché dans la frohmühle, petite ferme lorraine, de sa grand-mère, entouré du fantasque oncle Emile, de la pieuse tante Louise, du vieux chien loup Hector et de Chtol et Maï les boeufs. La nuit, Mainou « qui ne sait plus dormir » aime déambuler dans la maison, il furète, écoute le silence et entend des tac-tac-tac fascinants dans le grenier.

La poésie de Mathias Malzieu se pare d’une émotion toute particulière dans ce nouveau roman. Le narrateur, le petit Mainou n’est autre que Germain, le papa de l’auteur et l’on goûte toute la tendresse d’un fils pour son père.


Le guerrier de porcelaine / Mathias Malzieu – Editions Albin Michel – 12 janvier 2022 – 238p

Lola lit Les survivants ♥

Premier coup de cœur de la rentrée littéraire 2022 pour ce premier roman d’une personnalité suédoise incontournable (animateur radio, télé, journaliste, essayiste, blogueur)

L’histoire de 3 frères, Nils, Benjamin et Pierre, réunis dans la maison de leur enfance pour disperser les cendres de feu leur mère. Une alternance de chapitres : au passé les souvenirs d’enfance et au présent, racontés par Benjamin les 24h qui les conduisent à leur rdv mais à l’envers, comme un compte à rebours. Les souvenirs se mélangent, les non-dits affleurent, les personnalités se heurtent, un drame a fait éclater cette famille.

Une histoire de famille, de frères, c’est viril et plein d’émotions. Il ne manque rien à ce roman, des personnages riches et attachants, du suspens, une construction intéressante et une plume très agréable ♥♥♥


Les survivants / Alexandre Schulman – Editions Albin Michel – janvier 2022 – 299p

Lola lit N’avoue jamais 🖤

Je ne rate jamais le nouveau roman de Lisa Gardner, bien que je ne sois absolument pas adepte du genre ; je ne lis que très rarement des thrillers, jamais de policiers et toujours dans le cadre professionnel. Mais finalement j’aime bien de temps en temps me lancer dans un bon « page turner ». Et d’après moi, Lisa Gardner maîtrise le genre ; tout y est très bien construit, des personnages pas trop caricaturaux et abordables, le suspense maintenu de bout en bout, une intrigue qui tient debout, pour un ensemble plutôt bien ficelé. Un excellent thriller !

Ce nouveau roman nous plonge dans l’horreur du « dark net » où nous croisons toute sorte d’individus des plus ignobles aux plus infréquentables, mais aussi ceux qui n’y sont pas à leur place. Accompagnés des détectives et agents DD Warren et Quincy, nous nous lançons sur la piste de Jacob Ness le tortionnaire de Flora, kidnappée adolescente et qui avait passé plus de 400 jours à la merci de son bourreau avant d’être libérée. Six ans après, elle s’en veut encore de l’avoir abattu, enterrant ainsi les secrets du monstre. Lors d’une de ses rares sorties, elle avait croisé Conrad dans un bar. Or ce dernier vient d’être retrouvé assassiné dans son bureau, sa femme enceinte lui faisant face un fusil encore fumant dans les mains. Evie a beau nier, son passé ne joue pas en sa faveur, puisqu’à 16 ans, elle avait tué son père accidentellement avec un fusil. Une équipe hétéroclite va se créer pour tenter de comprendre les liens entre chacun des protagonistes de l’histoire ; policiers, victimes, indic, avocat, blogueur… Mais chut vous n’en saurez pas plus !

Et même si je me suis un peu perdue dans les méandres de l’internet secret et dangereux, j’ai dévoré ce lourd roman de 490p qui se lit en apnée ! ♥


N’avoue jamais / Lisa Gardner – Editions Albin Michel – janvier 2022 – 490p

Lola lit True Story

Eté 1999, un soir de fête sur un campus américain. L’équipe de crosse est là, comme d’habitude, des copains de sport, de cours et de beuverie, c’est à celui qui aura chopé le plus de filles, chacun ment, s’invente des relations sexuelles pour ne surtout pas être le puceau de la bande. Et ce soir-là, Max le hâbleur demande à Richard le gentil, de raccompagner Alice, une des filles du lycée privé réputées plus libres. Alice est complètement ivre tout comme Max qui l’installe à demi-consciente sur la banquette arrière et goguenard, prend place à côté d’elle malgré les protestations de Richard. Après avoir déposé Alice devant chez elle et s’être fait coursés par sa mère, ils rejoignent les copains au café. Et Max sort le grand jeu, il parade, se vante, donne des détails, raconte comment les deux compères ont abusé d’Alice, sous le regard de Richard qui ne dément pas. Autour de la table, il y a Haley qui plait beaucoup à Nick, et qui est l’amie d’Alice. La rumeur enfle, enfle, la mère porte plainte mais Alice ne se souvient de rien, c’est le black out total, le vide intersidéral, elle n’a aucune idée de ce qui s’est passé sur la banquette de cette voiture ce soir d’été.

Des années plus tard, on retrouve Alice, Nick, Haley et Richard.

Un premier roman à la construction plus qu’originale. L’auteure ne respecte pas la chronologie et multiplie les formes narratives qui alternent ; un chapitre où Nick raconte puis c’est Alice qui parle, les scénarii des films qu’Alice et Haley écrivaient ado, les brouillons d’une lettre de motivation pour la fac… On emprunte divers chemins de lecture et c’est assez réjouissant. Même si j’ai eu un peu de mal à organiser la relation entre Alice et Haley, même si le séjour de Nick m’a paru un peu longuet, je dois dire que la fin m’a scotchée, chamboulant tout ce que je croyais avoir compris. C’est un roman qu’il faudrait relire à la lumière des dernières pages (dommage que je n’aie pas trop le temps avec les premiers romans de la rentrée littéraire de janvier qui s’empilent déjà sur mon bureau)


True Story / Kate Reed Petty – Editions Gallmeister – aout 2021 – 448p

traduit de l’anglais (USA) par Jacques Mailhos

Lola lit et écoute Avant de venir au monde

En quelques phrases, Gigi Bigot, l’auteure nous confie ce qui se passe quand nous sommes dans le ventre de notre maman et nous conte l’origine du philtrum, ce petit creux que nous portons tous au-dessus de la lèvre supérieure et qui viendrait, selon le pays, d’un ange ou d’une fée. Un très joli texte accompagné des illustrations délicates et pleines de poésie d’Evelyne Mary qui a dégradé trois couleurs principales, légèrement poudrés, en plusieurs nuances dans cet album au petit format carré 16X16

Un CD audio contenant l’histoire lue par l’auteure et mise en musique par Cascadeur, et un accès pour télécharger la version MP3 permettent d’écouter l’histoire. J’ai beaucoup aimé la musique qui se marie harmonieusement avec le texte et la voix de Gigi Bigot.

Un très joli album, à lire, à écouter, à partager avec ses petits (dès 15-20 mois)

Benjaminsmedia range ses livres par taille ; ici la taille S, petit format carré de 16X16 pour les plus petites mains, propose « des histoires douces, délicates, exigeantes pour aider les tout petits à bien grandir. »


Avant de venir au monde /  – septembre 2021 – 48p

Lola lit Et d’un seul bras, la sœur balaie sa maison ♥♥♥

Que de violence, de maltraitance, de mépris ! Toutes les femmes de ce roman ont été humiliées, violées, battues par des hommes. Elles font tout pour éviter les coups, font profil bas, se protègent la tête sous leurs bras, se résignent, rêvent de fuir et acceptent leur sort. C’est révoltant, terrifiant, inacceptable !

Le Bébé de Lala est mort, innocente petite victime collatérale d’une dispute entre ses parents. Pourtant Bébé avait survécu à une grossesse tourmentée, et quelques jours avant, à un accouchement infernal. Elle était finalement venue au monde in extremis et saine et sauve, dans le monde de sa mère violée et battue, de sa grand-mère Esmée morte sous les coups de son mari et de Wilma son arrière grand-mère mariée à un violeur brutal. Ce soir-là Lala, seule et effrayée par le sang qui coulait entre ses cuisses avait cherché de l’aide dans une maison voisine d’où était sorti, précédé par un coup de feu, Adan son mari, un pistolet fumant à la main. Les morts de Bébé et du mari de Mira vont précipiter les évènements.

Mais les hommes de ce roman sont à plaindre aussi, emplis de hargne, de colère, ils ont subi la violence qui les a construits. C’est un cercle vicieux dont espérait échapper Lala lorsqu’elle a croisé l’amour d’Adan.

Un roman terrible mais bouleversant, qu’on ne peut lâcher. J’ai espéré que Lala s’en sorte, que Tone retrouve sa place et que ce salaud d’Adan paie enfin ! Un coup de cœur ♥


Et d’un seul bras, la sœur balaie sa maison / Cherie Jones – Editions Calmann-Levy – aout 2021 – 336p