Lola lit Frère d’âme

Un texte répétitif et lancinant comme un mantra
Un texte comme un chant tribal, une plainte
Un texte qui transperce, qui envoûte, qui percute

Frères d’âme, Alfa Ndiaye et Mademba Diop, des plus que frères, côte à côte dans les tranchées, dont ils s’élancent ensemble hurlant comme des sauvages un coupe-coupe à la main, pour effrayer l’ennemi, dit le capitaine Armand. Ensemble, ils ont grandi quand la mère d’Alfa a quitté le village, ensemble ils ont quitté leur village sachant qu’ils n’y reviendraient pas, tirailleurs sénégalais ils resteront en ville. Mais lorsque Mademba est tué sur le champ de bataille, sous les yeux de son ami, Alfa refuse, pour ne pas contrevenir aux lois humaines, aux lois des ancêtres, d’abréger ses souffrances et de l’achever. Les heures d’agonie de son presque frère vont changer profondément Alfa, jusqu’à le rendre fou, de culpabilité, de honte, de rage.

Un très beau texte ♥


Frère d’âme/David Diop – Editions Seuil 2018 – 175p

Lola lit Changer l’eau des fleurs

Dans ce roman, il y a plein de gens qui s’aiment, mais leurs histoires sont bancales, compliquées ou impossibles, parce qu’ils sont mariés, maladroits ou perdus. Dans ce roman, il y a aussi beaucoup de morts.
Violette Trenet épouse Toussaint est née sous X. Baladée de foyers en familles d’accueil, à peine majeure, elle s’est vite laissée tenter par la proposition du beau et ténébreux Philippe Toussaint, de 10 ans son aîné, de partager son appart puis sa vie. Au début, c’était idyllique, elle était folle de lui et lui d’elle. Mais ça n’a pas duré, très vite, il a eu des maîtresses, a passé son temps affalé sur la canapé à jouer à Mario ou sur sa moto à parcourir la campagne. Et puis Léonine est née. Violette était aux anges, elle avait enfin une famille, il ne serait plus jamais question d’abandon. Mais c’était sans compter sur cette garce de vie qui fait et défait le bonheur sans prévenir. Une tragédie a mis Violette à terre. Après ça, Philippe Toussant a disparu de la circulation, elle n’en a pas souffert, elle préférait être seule, seule avec son jardin, ses animaux, ses nouveaux amis et ses morts. Car Violette est gardienne de cimetière dans une petite ville de Bourgogne, et ce sont les rencontres qu’elle a faites dans ce cimetière qui l’ont aidée à vivre.

C’est un roman plein d’amour, d’émotions, de poésie et d’espoir. Et de surprises aussi, car l’auteure nous rappelle que ceux qu’on croit connaitre, peuvent se révéler déconcertants et les faits contredire les sentiments. Violette est malgré elle une héroïne attachante qui, malgré une vie difficile faite de drames et de déceptions, distribue du bonheur en s’émerveillant des petites choses simples de la vie. C’est drôle comme on peut avoir de la compassion pour des personnages de roman ! Philippe m’a particulièrement touchée, il existe tellement de Philippe qui n’ont pas les mots, dont les gestes ne traduisent pas les pensées, qui passent à côté de leur vie à cause des mots qu’ils ne savent pas dire. Car pour certains, dire  »je t’aime » est facile, mais pour d’autres…


Changer l’eau des fleurs / Valérie Perrin – Editions Albin Michel – 01/03/18 – 560p

 

Lola écoute Le Guetteur

Je n’ai pas l’habitude des livres audio. Je suis toujours gênée par la diction du lecteur, que j’analyse, décortique. Et puis quand je lis, je m’arrête souvent, sur un mot qui fait naître une image ou une réflexion, une tournure grammaticale, une information, une atmosphère qui m’enveloppe… Mais avec les livres audio, c’est plus compliqué de vagabonder parce qu’il faut faire pause et éventuellement retour, s’adapter au rythme, aux émotions que traduit -ou pas- le lecteur. Bref, c’est plus compliqué.
Dans Le guetteur, la voix d’Antoine Leiris ne m’a pas gênée, même si je l’ai trouvée un peu inexpressive au début, mais finalement ça m’a aidée à être un peu active, ne pas juste écouter. Et surtout, ce livre audio m’a donné envie de lire le roman papier !

J’ai envie de vivre cette histoire qui m’a bien plu, voir danser les mots, rencontrer les personnages…

Le Guetteur, c’est le titre d’un manuscrit inachevé que l’auteur/narrateur trouve en vidant la maison de sa mère après son décès. Cette mère qui vivait seule dans son appartement parisien et se croyait espionnée, reste une énigme pour son fils qui décide de retourner sur ses traces à partir d’une photo qui date des années 60.
Un thème que j’aime beaucoup, la recherche de ses parents en tant qu’homme et femme et pas seulement nos père et mères. L’entretien avec l’auteur est intéressant, j’aime écouter les auteurs parler de leur travail ♥


Le Guetteur/Christophe Boltanski – Audiolib 2019 – lu par Antoine Leiris – 7h17 d’écoute
Merci à Babelio et Audiolib pour cette découverte

Lola lit Né d’aucune femme ♥♥♥

Un coup de coeur ♥ Dans la lignée des romans de Anna Hope Le chagrin des vivants et La salle de bal qui m’ont marquée. Né d’aucune femme est l’histoire déchirante de Rose, à la campagne à une époque où les pères vendent leur fille aînée pour nourrir le reste de la fratrie. Celui de Rose ne se pardonnera jamais son geste et essaiera très vite de la racheter au maître de la forge. Mais le maître et sa vieille mère ont d’autres projets pour la toute jeune fille de 14 ans et sont prêts à toutes les cruautés pour y parvenir. La pauvrette survit grâce à Edmond le gardien et la magnifique jument Artémis qui lui permettent de s’échapper, en rêve, de sa triste condition. Une triste vie de misère ! dont le secret repose dans les pages de son journal, que Rose, amoureuse des mots a écrit depuis sa cellule alors qu’elle a tout perdu. Gabriel, le curé de la paroisse, les reçoit et nous les livre avec émotion.

Un roman bouleversant, poignant, palpitant ! On frémit pour Rose, on espère, on se prend à prier… Magnifique ! ♥♥♥

L’écriture est belle, les phrases longues et les mots choisis. L’atmosphère est cinématographique, chaque endroit – la forêt, le château, les écuries, l’asile – sont décrits avec soin, les personnages sont admirablement brossés. Magnifique, je vous dis !  


Né d’aucune femme/Franck Bouysse – Editions La Manufacture de Livres – 10/01/2019 – 336p

 

Lola lit Bacchantes ♥

Je n’ai jamais lu Céline Minard. J’avais essayé Faillir être flingué mais j’avais abandonné très rapidement, je n’avais pas accroché. Là, j’ai dû le lire pour le comité de Cultura, il est très fin et la quatrième de couverture est alléchante. Et même si je n’ai pas compris la fin, même si d’ailleurs j’ai trouvé l’ensemble plutôt énigmatique, j’ai été complètement hypnotisée par ce petit roman que je n’ai pu lâcher. Je ne me suis pas posé trop de questions parce que j’avais l’intuition -vérifiée- que je ne trouverais pas les réponses. C’est rythmé, complètement extravagant et déroutant, et fort bien écrit. Un régal !

Il s’agit d’un braquage qui aurait pu faire un super bon film hollywoodien. Dans les sous-sols de Hong Kong, dans un bunker anglais, un ancien diplomate a construit une gigantesque cave à vin qui accueille les meilleures bouteilles du monde entier, pour un joli pactole estimé à 350 millions de dollar. A l’approche d’un typhon, Ethan Coetzer convie ses meilleurs clients à un banquet à l’abri, dans sa cave. Mais un trio de braqueuse bouleverse les plans, réussit à déjouer le système de sécurité ultra sophistiqué et s’introduit dans le bunker. C’est le début de l’attente pour Jackie Thran, cheffe de la brigade d’intervention, le médiateur et l’équipe d’enquêteurs.

C’est réjouissant (pour ne pas dire jouissif) ! 


Bacchantes/Céline Minard – Editions Rivages 2019 – 112 p

Lola lit Ces femmes-là

 

Dans un futur très proche, Paris se prépare à recevoir les Jeux Olympiques de 2024. La situation politique a changé, le pays est désormais tenu par les conservateurs, parti populiste qui a déjà prévenu qu’un peu de dictature serait nécessaire pour sortir le pays du laisser-aller. Le totalitarisme n’est vraiment pas loin, dans cette France où les syndicalistes sont marqués d’un S, les musulmans pucés, les gardes à vue prolongées de 12 jours sans droit à un avocat, les médias sous censure, la présence militaire ostentatoire, une surveillance omniprésente et des contrôles permanents… Mais l’annonce du gouvernement de renvoyer ou parquer les musulmans pour les « protéger », met le feu aux poudres ! Les français décident de se lever, de se soulever et les progressistes organisent une énorme manifestation. Mais le gouvernement est sûr que tout est sous contrôle tandis qu’un groupe de musulmans extrémistes prépare une offensive.

L’auteur nous offre une galerie de personnages très variés ; hommes, femmes de tous les horizons, âges, conditions… qui sont tous, de près ou de loin liés comme les maillons d’une longue chaîne. Nous les suivons avant, pendant et après la manifestation. Une découverte très intéressante pour moi qui ne connaissais pas du tout l’auteur. C’est agréablement écrit, les personnages sont bien brossés, et le contexte est évidemment important puisqu’il décrit un futur malheureusement possible (prévisible). Je recommande !


Ces femmes-là / Gérard Mordillat – Editions Albin Michel 2019 – 384p

 

Lola lit Chien Loup ♥♥

Août 2017, un couple de parisiens vient passer ses vacances dans un village du Lot. Frank n’était pas trop d’accord pour partir si loin de Paris, il craignait de ne plus avoir un œil sur les 2 tout nouveaux jeunes loups qu’il vient d’associer à sa boite de production. Il sent que ces 2 là pourraient avoir des envies de se débarrasser de lui et de ses idées un peu has been. Mais il a accepté de suivre Lisa, actrice qui peine à remplir son agenda. Elle souhaitait se rapprocher de la nature, s’éloigner du stress, elle s’est réjouit d’avoir trouvé cette maison isolée tout en haut d’une colline, sans internet, au confort spartiate. Les débuts sont compliqués, Frank peine à se lâcher et à profiter du lieu, tandis que Lisa profite de ce cadre sauvage idyllique. Mais la présence inquiétante d’un gros chien aux yeux jaunes qui rode et les ruines de cages à fauves que Frank découvre en contrebas de la maison vont pimenter cette drôle de retraite.

Un roman où l’animalité, la nature, la bestialité, la sauvagerie donnent des frissons, et obligent le lecteur à se tenir sur ses gardes, à rester vigilant. C’est formidablement bien fait. J’ai adoré l’histoire parallèle du dompteur de fauves allemand pendant la guerre de 14-18. Je me suis régalée !


Chien-loup / Serge Joncourt – Editions Flammarion 2018 – 480p

L’amour sans le faire

 

Lola lit Ça raconte Sarah

Ça raconte une passion dans tout ce qu’elle a de fulgurant et de dévastateur. Ça raconte le bonheur, l’admiration, l’excitation, la fièvre, l’ivresse, l’exaltation, l’attente, le désir… Elles se rencontrent chez des amis communs, elles sont très différentes, la narratrice prof au lycée plutôt renfermée, en latence, et Sarah violoniste, exubérante, flamboyante, exaltée, impatiente.
Un roman assez inégal. La première partie, très rythmée, raconte la rencontre, la gestion de la passion, elle se lit vite, en apnée. Mais la redondance dans la seconde partie a fini par me gêner. L’auteure tourne en boucle autour d’un pseudo mystère, l’ensemble s’essouffle. J’ai été déçue, dommage ! ça commençait si bien.


ça raconte Sarah / Pauline Delabroy-Allard – Editions de Minuit 2019 – 192p

Lola lit Soudain, seuls

Isabelle Autissier est la première femme à avoir accompli un tour du monde à la voile en solitaire et en course. Je ne savais pas qu’elle écrivait, bien que ce ne soit pas son premier ouvrage.

C’est une histoire de Robinson, un couple de trentenaires parisiens se retrouvent coincés, perdus, isolés pendant plusieurs mois sur l’île de Stromness, une ancienne station baleinière en plein sud de l’océan Atlantique, abandonnée depuis les années 30. Ludovic et Louise décident de braver les interdictions d’accoster sur l’île mais surpris par une violente tempête, ils passent la nuit dans un bâtiment en ruine. Le lendemain, la tempête est partie, en emmenant leur bateau. Persuadés que les secours vont venir vite, ils s’organisent. Malheureusement, ils n’avaient mis personne au courant de leur petite excursion. Ils vont tenter de survivre dans des conditions extrêmes.

On sent bien que l’auteur connait son sujet, elle a dû y penser au naufrage, pendant ses longues traversées en solitaire. Elle a parfois dû sentir la mort se rapprocher. C’est un roman intéressant, crédible qui m’a fait découvrir Stromness et ses activités de baleiniers.


Soudain, seuls / Isabelle Autissier – Editions Stock 2015 – 250p

Lola regarde Mal de pierres ♥♥♥

Magnifique film de Nicole Garcia sorti en 2016. Les acteurs sont extraordinaires de justesse, l’histoire est superbement touchante. J’arrête là car je ne voudrais pas que ce billet devienne une litanie d’adjectifs dithyrambiques. J’aime les films de Nicole Garcia ; L’adversaire, Le fils préféré, Un balcon sur la mer, Place Vendôme… J’aime la lumineuse actrice Marion Cotillard et je découvre Alex Brendemühl, incroyable acteur espagnol dans ce film qui m’a bouleversée.

Au début des années cinquante, dans le sud de la France, la jeune et sensuelle Gabrielle tourmente ses parents avec ses rêves de passion amoureuse et son comportement qui dérange. Sa mère pense que seul le mariage pourrait calmer ses ardeurs. Elle trouve en José, un ouvrier agricole, un mari possible. Les premières années de mariage s’écoulent dans l’indifférence de Gabrielle à l’égard de José qui, fou de sa femme, attend son moment. Mais Gabrielle souffre du mal de pierres, un mal qui la conduit dans un établissement de cure en Suisse, où elle rencontre un énigmatique jeune lieutenant d’Indochine curiste. La passion de Gabrielle peut enfin vivre…

Pourtant, à sa sortie en 2006, je n’avais pas réussi à dépasser les premières pages du roman de Milena Agus dont ce film est l’adaptation. Ce n’était peut-être pas le bon moment, je vais m’y replonger rapidement.