Lola regarde A star is born

Lui, Jackson Maine, un guitariste connu qui sombre dans l’alcool et les médicaments. Lors d’une de ses virées alcoolisées, il croise Ally, une jeune serveuse un peu rebelle à la voix prometteuse. Il tombe follement amoureux d’elle, l’invite à ses concerts, la pousse sur le chemin de la célébrité. Ils s’aiment, partagent la même passion pour la musique et le public. Mais les vieux démons de Jack refont surface lorsque Ally décide de confier sa carrière à un manager qui fait d’elle une star.

Une belle histoire histoire d’amour romantique sur fond musical. Bradley Cooper est mon chouchou depuis Happiness Therapy, et je découvre Lady Gaga dont je ne connaissais que les frasques et quelques morceaux. Ici, elle bluffe par sa sensibilité et son naturel. Une comédie romantique solide et pas gnangnan, ça marche !

Lola regarde Dogman ♥♥♥

Je découvre le cinéma de Matteo Garrone, le réalisateur pourtant multiprimé de Gomorra. Je découvre surtout Marcello Fonte, acteur admirable révélé par ce film. Et je me prends une super claque ! 

De nos jours, en Italie, dans un coin moche et tristounet, Marcello toiletteur pour chien, est heureux. Il a sa petite boutique, il aime son boulot, il voit sa fille régulièrement, il s’entend bien avec les autres commerçants. Pour arrondir un peu les fins de mois et s’offrir des stages de plongée avec sa fille, il vend un peu de cocaïne. A Simone surtout, un ancien boxeur, fraîchement sorti de prison, hyper violent et qui terrorise le quartier. Mais Marcello est simple, confiant, fidèle, benoîtement gentil et il se laisse entraîner dans des affaires louches. L’une d’elles tournent mal et Marcello paie le prix fort et se retrouve en prison. A sa sortie, c’est un autre homme, il prévient Simone qu’il n’est plus le même mais l’autre brute n’y croit pas et continue ses humiliations. Alors Marcello décide de se venger.

Tiré d’un fait divers de la fin des années 80 qui avait choqué les italiens par la violence des faits de torture que le toiletteur avait fait subir à l’ancien boxeur pendant plusieurs heures. Heureusement, Matteo Garrone nous épargne ces horreurs, les scènes où l’autre cinglé frappe à mort sont bien suffisantes.

Un coup de coeur ♥♥♥ pour le jeu de Marcello Fonte, pour sa justesse et l’émotion incroyable qu’il dégage, pour  son regard, pour l’atmosphère de ce quartier qui fout le bourdon, parce que je déteste la violence, les grosses brutes épaisses et décérébrées qui frappent, qui démolissent et que c’est dégueulasse que la gentillesse passe pour de la faiblesse, dont on peut abuser. Je déteste la violence, l’injustice et le gâchis, et là, cette vie sacrifiée pour de mauvaises raisons. De mon canapé, je n’arrêtais pas d’encourager le toiletteur à réagir, à ne pas se laisser faire ! Ce couillon ne m’a pas écoutée 🙁

 

Lola lit La mule et le sanglier

Ce samedi 23 juin 2018, dans le village de Ban Pa Muat, en pleine mousson, Madee la maman de Deem s’inquiète ; il n’est toujours pas rentré de son entrainement de foot. C’est son ami Songpol qui lui apprend que l’entraîneur a décidé d’emmener l’équipe à la grotte de Tham Luang. Madee se précipite à l’entrée de la grotte où les gardes forestiers ont, effectivement, trouvé 13 vélos. Commence alors pour Madee et les autres parents, mais aussi les familles, voisins, thaïlandais et finalement le monde entier, une longue attente d’angoisse qui aura un dénouement heureux le matin du 16ième jour où les enfants et leur entraîneur seront sauvés.

Cet événement nous a tous terrifiés l’été dernier. Quelle angoisse de savoir ces enfants prisonniers, complètement isolés, au fond d’une grotte inondée, et ses pluies diluviennes qui n’en finissaient pas ! Nous avons tous été tellement soulagés quand les petits garçons ont été extraits de la grotte maudite, et surpris d’apprendre que la méditation était en grande partie l’explication à leur survie.

Cette BD retrace très justement cette terrible épreuve. On comprend très bien les difficultés que les sauveteurs ont rencontrées, les mécanismes mis en place et les moyens mis en oeuvre pour organiser le sauvetage, la mobilisation internationale. Tout est très bien expliqué. L’angoisse, la tension sont brillamment illustrées par Léa Hybre, une jeune illustratrice, dont l’univers coloré et naïf est très expressif. Les textes de Thierry Falise, simples et clairs, donnent vie à cette aventure avec sensibilité.

Une BD à lire en famille !

Merci aux Editions Massot et à Babelio pour cette découverte


La mule et le sanglier / Thierry Falise et Léa Hybre – Editions Massot – mars 2019 – BD 122p


http://www.leparisien.fr/faits-divers/grotte-en-thailande-nous-sommes-engages-dans-une-course-contre-l-eau-05-07-2018-7807872.php

https://www.lci.fr/international/grotte-en-thailande-il-a-fallu-qu-ils-marchent-vers-nous-un-plongeur-raconte-le-sauvetage-des-enfants-thuam-lang-2093201.html

 

Lola adore le cinéma de Asghar Farhadi

Asghar Farhadi est un réalisateur scénariste iranien, né en 1972. J’aime ses films, qui tous se ressemblent, traitent des hommes, des femmes englués dans la société, de leurs relations, leurs contradictions, de ce qui les émeut, les bouleverse, les  . Des films d’où se dégage de la douceur alors même que le sujet est grave, les apparences exigeantes, les relations oppressantes. Au cœur de ses huis clos, les couples, qui avancent ensemble, s’aiment ou se sont aimés, se déchirent, se regardent, ne se comprennent pas. Des films faits de regards, de silences, de gestes retenus. C’est un cinéma emprunt de vérité, de profondeur. Ses acteurs masculins et féminins sont toujours magnifiques, troublants de sincérité et de justesse. Ses portraits de femmes sublimes ♥♥♥

   

Et le superbe Everybody knows pour lequel le cinéaste s’est éloigné de l’Iran pour les couleurs de l’Espagne, et de la sphère du couple pour celle, élargie, de la famille.

Lola regarde Lady Bird

Christine et sa mère s’aiment mais ont dû mal à se le dire. Quand l’une se fait appeler Lady Bird, rêve de quitter Sacramento où il ne se passe rien, et d’étudier à New York, l’autre s’inquiète, fait ses comptes et la morale. Dans son école catholique, Lady Bird et son amie Julie s’amusent, aiment et rêvent.  L’histoire plutôt classique du passage de l’adolescence à l’âge adulte, cette prise de risque si exaltante qui angoisse. C’est le moment où on devient grand, on réfléchit, on fait des choix que l’on est prêt à assumer, le moment aussi pour certains de faire la paix avec les parents. Un film simple tendre et touchant ♥

Sorti en février 2018

Lola regarde Three Billboards Outside Ebbing, Missouri ♥♥♥

Incroyable qu’on puisse rire en regardant un film qui traite d’un sujet pareil : la  vengeance d’une mère dont la fille adolescente a été violée puis assassinée. Et pourtant j’ai ri, grâce au talent du réalisateur et des acteurs ! Mais j’ai pleuré aussi bien sûr. On appelle cela un ascenseur émotionnel, une histoire de cerveau limbique qui nous permet de passer d’une émotion positive à une émotion négative ou inversement, bref du rire au larme. Pour faire avancer l’enquête du meurtre de sa fille, pour obliger la police à réagir et à se mettre sur les traces de l’assassin, pour éteindre sa culpabilité un peu aussi, Mildred Hayes, brisée de douleur et ivre de colère, loue 3 immenses panneaux publicitaires situés le long de la route où a eu lieu la tragédie 9 mois avant, et y fait inscrire en lettres noires sur fond rouge 3 messages à destination de la police.

Ni elle ni nous, ne pouvions nous attendre à ce que provoquerait son acte. Les personnages secondaires caricaturaux à souhait mais jamais très loin de la réalité, sont excellents ; on croise une sacrée galerie de personnage ; un shérif moribond, un nain amoureux, un psychopathe, un ex-mari et sa nouvelle petite amie de l’âge de sa fille, un flic décérébré alcoolique et raciste, un publicitaire, une bonne copine… qui chacun nous réserve bien des surprises. Le trio Frances McDormand, Woody Harrelson, Sam Rockwell est génial !

Un grand film ! Superbes acteurs ♥

Sorti en 2019

Lola regarde Juste la fin du monde ♥♥♥

J’adore ceux capables de transformer l’ordinaire en extraordinaire. Ceux qui savent, dans les romans, les films, le dessin et la peinture, nous transporter dans un autre monde dont leur oeuvre est le centre. On a tous un-e copain-ine qui raconte sa vie avec panache, des blagues brio, des histoires avec éclat. Dans ce film de Xavier Dolan, les acteurs sont magnifiques, les images sont magnifiques, l’histoire est magnifiquement ordinaire ♥♥♥

L’histoire d’un auteur qui se sait condamné par la maladie et qui rentre l’annoncer à sa famille après plus de 10 ans d’absence. C’est l’histoire d’une famille qui s’aime à coup de gueule, d’insultes, et de regards qui tuent. C’est un huis clos troublant, émouvant, oppressant.

Un gros coup de coeur qui se confirme pour Xavier Dolan, Nathalie Baye, Vincent Cassel, Marion Cotillard, Gaspard Ulliel et Léa Seydoux.

Pour info : Juste la fin du monde est une pièce de théâtre écrite par Jean-Luc Lagarce à Berlin en 1990, dans le cadre d’une bourse Léonard de Vinci, alors qu’il se savait atteint du sida.

Sorti en 2016

Lola lit La goûteuse d’Hitler ♥

C’est en tombant sur un court article dans un journal italien en 2014, que l’auteure a eu envie de rencontrer Margot Woelk, qui fut contre son gré, pendant la Seconde Guerre Mondiale, parmi les 15 goûteuse d’Hitler. Obsédée par son histoire, Rosella Postorino trouve son adresse et lui écrit une longue lettre. Malheureusement Margot Woelk décède avant leur rencontre. L’auteure décide alors d’écrire un roman s’inspirant de sa vie. Rosa, l’héroïne de Rosella Postorino est une jeune mariée en 1943. Quand son mari part à la guerre, elle fuit Berlin et rejoint ses beaux-parents à Gross Partsch, ancienne province allemande où elle est recrutée de force par les SS pour rejoindre un groupe de femme chargées de goûter les repas d’Hitler qui craint l’empoisonnement. Victime et complice du régime nazi, Rosa risque sa vie à chaque délicieuse bouchée qu’elle porte à sa bouche.

Un roman écrit et très bien documenté, qui s’attarde sur un détail de l’Histoire, exploite la dualité de sentiments que tout oppose, raconte l’amitié, rend possible et plausible une histoire d’amour incongrue. La liste de tous les sentiments qui s’entremêlent dans ce récit est longue ; la honte, la colère, la haine, l’humiliation, la peur, la tristesse, la révolte mais aussi la confiance, l’optimisme, le plaisir, la douceur… L’auteure a, semble-t-il, mis dans son roman toutes ses interrogations, son empathie, elle a essayé de répondre aux questions qu’elle s’est posées et que je me suis posées également « Qu’aurais-je fait à la place de Rosa ? » Profiter et manger, manger et devenir complice de l’horreur, refuser et mourir. Manger est-ce trahir ? Aimer est-ce trahir ?  Un excellent roman ♥


La goûteuse d’Hitler / Rosella Postorino – Editions Albin Michel – janvier 2019 – 400p

Alex regarde Croc-Blanc ♥

C’est l’histoire de Croc-Blanc, un jeune chien loup séparé de sa mère et qui se retrouve, malgré lui, chien de combat. Heureusement, il est sauvé par un couple qui lui redonne sa liberté. En fait, c’est Jack London qui a écrit cette histoire en 1906. Moi, j’ai lu L’appel de la forêt qui parle aussi d’un chien Buck, un chien domestique maltraité par certains hommes qui redevient sauvage, j’ai beaucoup aimé le livre et la BD.

C’est un film très émouvant, parfois triste mais avec une fin heureuse. J’ai bien aimé les relations d’amitié entre les hommes et l’animal. L’histoire est intéressante, ça se passe dans le Grand Nord et ça montre autant la cruauté des hommes que leur bonté. C’est un petit coup de coeur ♥

Sorti en mars 2018

Lola lit A ceux qui se croisent

Un portrait de femme, une femme qui a aimé, a été trahie, part se reconstruire et aime de nouveau et…
Les histoires d’amour finissent mal en général ? comme le chantait merveilleusement Les Rita en 86.
C’est après avoir reçu une lettre anonyme que Lucy, niçoise, décide de quitter sa petite vie bien rangée pour New York. Laurent, son mari mène une double vie depuis des années, elle en reste sans voix. Elle part donc, prend la fuite plutôt, sans vraiment prévenir, sans rien organiser. Elle arrive perdue mais prend rapidement ses marques, retrouve sa voix et rencontre Paul, un artiste.

Je n’arrive pas à m’enthousiasmer, même si l’histoire est sympa et l’écriture pas désagréable mais j’ai l’impression d’avoir déjà lu ce roman maintes fois. Les histoires d’amour se ressemblent et pour qu’elles deviennent extraordinaires, il faut y ajouter un petit « je ne sais quoi » (je ne suis pas auteure juste lectrice). Ce type de romans fleurit, ni mauvais, ni bons mais auxquels il manque juste cet indispensable petit truc.


A ceux qui se croisent /  Pauline Maurenc – Editions Robert Laffont – avril 2019 – 480p