Lola lit Roissy ♥♥

Stand by, ça vous dit quelque chose ? Film français sorti en 2000, avec l’excellentissime Dominique Blanc dans le rôle principal. C’est l’histoire d’Hélène qui, alors qu’elle part s’installer à Buenos Aires avec Gérard, se fait larguer juste avant d’embarquer. Atterrée, sous le choc, elle erre dans l’aéroport, qu’elle ne quitte plus, y vit ou plutôt y survit, s’y crée des amitiés. J’avais été marquée par ce film, son atmosphère, le choix d’un lieu que tout le monde croit connaître parce qu’on y passe, on vient y prendre l’avion, accompagner un ami, chercher un proche. J’avais aimé l’idée de ce lieu de transit pour raconter l’errance de cette femme, Orly où des gens travaillent. J’ai commencé ma vie professionnelle à Orly sud, à l’embarquement. J’étais une de ceux qui, derrière un guichet, vérifient les billets, étiquettent les valises, surveillent l’excédent bagage. Je regardais tous ces gens partir et moi, je restais là à me faire engueuler par des touristes stressés. A l’heure de la pause, je croisais les femmes de ménage, la sécurité, le personnel naviguant, et les autres au sol ; on se saluait, on s’interpellait, on discutait un peu, on prenait un café, on fêtait un mariage, une naissance, un départ à la retraite. Une fois rentrés, on ne sortait de l’aéroport que pour le quitter à la fin du boulot, au petit matin, en plein journée ou la nuit, selon notre emploi du temps. C’était vraiment particulier, une parenthèse, une autre planète, un microcosme. J’ai retrouvé ce sentiment d’espace clos, d’enfermement dans le film.

Et puis aujourd’hui dans ce roman, Roissy, qui raconte la même histoire. Cette fois, la narratrice n’a pas de prénom, pas d’histoire, pas de souvenirs, ses rêves se mêlent à la réalité. Elle ne sait ni qui elle est, ni ce qu’elle fait là, ni comment elle a atterri ici, mais elle sait qu’elle doit bouger, traîner une valise remplie d’objets trouvés ou volés, toujours rester en mouvement, avoir l’air pressée, l’air de courir après un avion ou d’attendre quelqu’un, sembler être de passage, seulement de passage, pour ne pas éveiller la curiosité et paraître suspecte. On ne reste pas dans un aéroport, on passe, c’est tout. Alors elle s’invente une vie de voyageuse, puisque la sienne lui a échappé. Pourtant au fil des pages de ce roman très cinématographique, des rencontres avec des personnages hors du commun, tout au long de ses 8 longs mois d’errance, sa vraie vie va se redessiner.

Un bon livre très bien documenté et un film à découvrir. 


Roissy/Tiffany Tavernier – Editions Sabine Wespieser – août 2018 – 280p

Laisser un commentaire