Lola lit Tout peut s’oublier

Natan vit en Bretagne oĂč il a repris le cinĂ©ma de son oncle. Lorsque Claire l’a quittĂ©, il s’est consolĂ© au Japon dans les bras de Jun. Celle-ci, au caractĂšre vif et joyeux, l’a rapidement rejoint en France ; ils se sont aimĂ©s, avaient des projets, un atelier de cĂ©ramiste pour Jun et surtout, la naissance de LĂ©o. Tout allait merveilleusement bien, enfin c’est ce que Natan pensait lorsque Jun lui a annoncĂ© qu’elle le quittait. La suite est plutĂŽt classique, garde alternĂ©e, week-end partagĂ©s, jusqu’au jour oĂč Jun et LĂ©o disparaissent. TrĂšs rapidement Nathan comprend que Jun est retournĂ©e au Japon avec leur fils. Il s’y rend, remue ciel et terre pour retrouver son fils persuadĂ© qu’il fera entendre raison Ă  Jun.

La route de Nathan croise celle de ClĂ©ment et Arthur, les frĂšres d’AlizĂ© disparue lors d’un sĂ©jour au Japon, qui se battent depuis plusieurs mois pour faire avancer une enquĂȘte chevrotante. Nathan s’attache Ă  Lise, sa voisine privĂ©e elle aussi de son fils qui a fui ses salauds de parents Ă©lecteurs de Macron, et depuis ne donne plus de nouvelles.

Comment survivre Ă  tel chagrin ? L’auteur n’essaie pas de rĂ©pondre Ă  la question, il nous fait simplement partagĂ© le quotidien de ces personnes soudainement privĂ© de leur enfant, et met Ă  nu leur douleur, leur dĂ©tresse.

J’aime Olivier Adam dont je lis chaque nouveau roman. Je retrouve ici son amour pour sa Bretagne et le Japon qu’il connait bien pour y avoir vĂ©cu, la sincĂ©ritĂ© de ses personnages et la force de son Ă©criture.


Tout peut s’oublier / Olivier Adam – Editions Flammarion – janvier 2021 – 270p

Laisser un commentaire