Lola lit La chaleur ♥

Ça aurait pu s’appeler 48h dans la vie d’un ado. Une histoire d’adolescents, qui passent leurs dernières vacances avec les parents, qui s’ennuient, qui râlent et soufflent, rêvent de liberté, ils sont timides, hésitants, confiants ou fonceurs. Ce sont des enfants dans des corps d’adultes qui ne leur obéissent plus, dont ils ne savent que faire, les cacher ou les exposer. Ces corps d’adolescents qui se cherchent, s’aspirent, se respirent, s’attirent et se repoussent, se blessent, s’écorchent.
Léo a 17 ans et passe ses vacances en famille dans un camping des Landes. Léo est un adolescent plutôt réservé, pas forcément très bien dans sa peau, un peu en marge, d’ailleurs il reste à l’écart, ne se mélange pas, regarde le groupe des ados campeurs de loin. Il voudrait que les vacances se terminent, et rentrer chez lui.
Pourtant, les vacances vont prendre un tour différent lorsqu’il est témoin de la mort d’Oscar, le beau gosse du camping. Celui-ci, ivre, s’est lui-même emprisonné dans les cordes de la balançoire et Léo, sans bouger, l’a regardé passer de vie à trépas, puis a continué son chemin. Mais il est revenu sur ses pas, a tiré le corps sur la plage et l’a enterré dans le sable. Pourquoi ? Ah les mystères de l’adolescence ! Les vacances continuent, mais maintenant Léo est occupé ; il y pense sans arrêt, ça lui prend tout son temps, ça remplit sa vie, le dérange, comme un petit caillou dans une chaussure et surtout ça l’empêche de profiter de Luce, son nouvel amour, qu’il a rencontrée grâce à la disparition d’Oscar. Contre toute attente, Léo ne ressent pas de culpabilité.
C’est un roman sur l’adolescence, avec une belle ambiance estivale, chaude, moite, de violence contenue, sans bruit, sans cris pendant laquelle tout peut déraper.
Premier roman d’un tout jeune auteur à suivre !

Un petit coup de cœur ♥


La chaleur / Victor Jestin – Editions Flammarion – 28 août 2019 – 144p

Prix Femina des Lycéens 2019

Laisser un commentaire